logo du site

... A Cleveland, avec El, passant deux jours dans le phalanstère de Pere Ubu, ... (Stretch) avait découvert l'autre pan de la nouvelle musique, des gens qui mettaient sur le même plan et dans un joyeux foutoir sonique et rythmique les Beach Boys, Sun Ra, Roy Orbison, la pataphysique et la sciure de tripot ramenée sous les semelles poétiques de Peter Laughner ...
Philippe Garnier, in "Les Coins Coupés", Roman - Edition Grasset - 2001

Mise à jour : 21 mai 2019

Drag The River

Nous vous proposons ci-dessous un petit moteur de recherche autonome. Néanmoins, il sera plus efficace de saisir dans la barre de recherche de votre moteur préféré la syntaxe suivante : site:ubudance.com objet de la recherche (Exemple : site:ubudance.com dub housing). La recherche se fait également dans le contenu des fichiers type pdf. Il faut reconnaître que Google donne les résultats les plus pertinents.

Mot exact résultats par page
Powered by X-Recherche
Tweeter @ubudance

UbuDub, Episodes 1 & 2
logo du podcast UbuDub, épisode 1 David Thomas parle de The Long Goodbye (6 mai 2019)

What I Heard On A Pop Radio

Montreuil, France - 8 décembre 2018

Ubu Dance Party - Officiel

Le Disque du Moment
Pochette Allen Ravenstine Waiting For The Bomb Après les deux albums de 2013 avec Robert Wheeler, City Desk et Farm Report et un premier effort solo en 2016, The Pharoah's Bee, Waiting For The Bomb est le nouvel album d'Allen Ravenstine. Et il est phénoménal. Il y a du Gershwin là-dessous. Superbe.
Disque disponible sur le label de Chris Cuttler : ReR Megacorp (RerAR2).

Pere Ubu en 2018
David Thomas (1975-maintenant) voix
Keith Moliné (2005-maintenant) guitare
Gary Siperko (2016-maintenant) guitare
Kristof Hahn (2017-maintenant) steel guitar
Darryl Boon (2012-maintenant) clarinette et synthés
Robert Wheeler (1994-maintenant) synthétiseurs analogiques, theremin
Gagarin (2007-maintenant) synthétiseurs numériques
Michele Temple (1993-maintenant) basse
Steve Mehlman (1995-maintenant) batterie et plus

Pere Ubu Monkeynet Tour 2017 (US)
Photo du groupe De gauche à droite, Gary Siperko (Guitare), Steve Mehlman (Batterie), Robert Wheeler (Synthétiseurs, Theremin), David Thomas (La Voix) et Michele Temple (Basse, Choeurs).

Le Guide de l'Acheteur
Gueux, ignorants, petits veinards : vous ne connaissez rien de l'oeuvre Ubienne ? Le bonheur s'offre à vous, laissez-vous guider ! Ici, nous avons toujours pensé que quiconque passait avec succès le test 30 Seconds Over Tokyo était prêt. Pochette de la compilation The Hearpen Singles Pour cela, commencez par la compilation The Hearpen Singles, 1er titre. 6'21 de plaisir ou de fracas. Les bombardiers sont là, survolant Tokyo. Si vous ressentez du plaisir, malgré la noirceur, profitez de l'instant pour découvrir quelques classiques, Final Solution, Heart Of Darkness ou encore Heaven. Il s'agit là des toutes premières heures du groupe. Le disque regroupe les 4 premiers simples du groupe. Bonheur quand tu nous tiens ! Continuez donc, tenez, avec, Carnival Of Souls, l'un des plus beaux disques de nos amis et aussi, à ce jour, le dernier (2014). Vous venez de parcourir près de 40 ans d'histoire ! Revenez en arrière et attaquer le premier album Modern Dance, un album majeur que l'on trouve souvent dans les listes ou classements des "meilleurs albums de ...". Puis plongez sur le deuxième effort du groupe Dub Housing. La pièce maîtresse ? Il se pourrait que vous le pensiez ! Ensuite, remontez l'histoire, faites un petit tour par la période Fontana, The Tenement Year ou Worlds In Collision ou tout simplement décidez par vous même.
Quant aux mécréants pour qui "30 Seconds" n'a été que fracas sans sens, recommencez dès le début ou passez votre chemin !

Pour découvrir, écouter et apprécier
A l'occasion du concert de David Thomas & 2 Pale Boys au Nouveau Casino de Paris du jeudi 31 mars 2005, Vincent Hanon invite Philippe (aka Charlie Dontsurf) dans son émission SUBSTITUTE sur la radio locale, ALIGRE FM (mardi 29 mars 2005). Ensemble, ils parcourent la carrière de David Thomas, avec Rocket From The Tombs, Pere Ubu ou en solo.
Durée : 1h30 - ALIGRE FM - SUBSTITUTE, mardi 29 mars 2005.

Sur la Mountain Stage de la National Public Radio le 19 novembre 2017.

Live on Mountain Stage - Octobre 1991

Hearpen.com
Pochette The Pharaoh's Bee Hearpen.com vous propose le moins régulièrement possible une nouveauté à télécharger : le site est à l'arrêt depuis septembre 2015.

Après deux disques avec Robert Wheeler, voici le premier album solo d'Allen Ravenstine, The Pharaoh's Bee, enregistré à la maison. Allen joue sur un Moog Theremini et un Doepfer Dark Energy.

Pour une discographie définitive
Nous nous sommes embarqués dans une drôle d'aventure : mettre au point la discographie définitive de Pere Ubu. Toutes les sorties, tous les formats, du single australien à l'album polonais en passant par le flexi russe, bref, tout ce qui existe !
Les différentes pages de la section discographie présentent l'état de l'art.
Ce fichier pdf vous conduira à la liste établie à date des différentes éditions des albums en vinyle, cassette ou cd.
Toutes informations ou corrections sont les bienvenues.
Email

Au Fil du Temps
Time Line Au fil du temps, les différents membres avec les différentes versions du groupe et les albums studios sortis (v9 - avril 2019).

Calendrier
Pour suivre, voir et écouter live le groupe ou tout ce qui s'y rapporte, il n'y a pas mieux : Ubu Projex Calendar.

Philosophie
Lock Groove Merde Ce site est un site d'information. Il est de conception très classique. C'est voulu. Son objectif est de mettre à votre disposition tout (et plus, si c'est possible) ce qui se rapporte à Pere Ubu et à ce qui l'entoure.
Votre avis, vos infos, vos photos etc., nous intéressent : n'hésitez pas à nous contacter.
Email
Illustration : JC Menu

Ubu Dance, le groupe de discussion
Cliquez ici pour vous inscrire à ubudance Ubu Dance Party, c'est aussi un groupe de discussion pour partager passion, infos et autres trésors. Cliquez sur le logo Yahoo pour vous inscrire.

Pere Ubu en concert
Un concert pour lancer le nouvel album aura lieu à Londres le 13 septembre au Bush Hall. Les billets sont déjà en vente ici. Deux autres dates européennes sont d'ores et déjà annoncées : le vendredi 25 octobre 2019 à Rotterdam (Pays-Bas) au Worm et le lendemain, 26 octobre, au MuziekclubN9 d'Eeklo (Belgique).
Il n'y aura pas de tournée européenne "à l'ancienne" cette fois-ci mais des dates éparses, dans des salles soigneusement choisies, sont envisagées au cours de l'année 2020.

UbuDub, le podcast
Lancement de l'UbuDub, le premier podcast consacré à la musique de Pere Ubu et autres satellites. Les deux premiers épisodes sont en ligne. David Thomas, interviewé par Kiersty Boon, parle du nouvel album, The Long Goodbye, et de son processus de création.

The Long Goodbye
pochette album The Long Goodbye (vinyle) Très belle pochette ouvrante pour le nouvel album du groupe, dans son édition vinyle limitée à 1 000 exemplaires. Prix raisonnable fixé par le label Cherry Red, tout du moins en Angleterre : 17,99 £.
Belle surprise pour l'édition cd : l'abum studio est accompagné d'un cd bonus avec, dans son intégralité, le fabuleux concert de Montreuil du 8 décembre 2018 (voir ci-dessous). Prix encore très raisonnable pour l'Angleterre : 11,99 £. La belle pochette est réduite bien sûr au format de l'objet mais le livret contient en exclusivité les mystérieuses "The Story" et "The Other Story".

Le label présente l'ouvrage ainsi : "Ce disque de Pere Ubu ne sonne comme aucun autre. Une fusion unique de techno, rock traditionnel et ...avant-garage". David Thomas précise : "C'est ce que je voulais réécrire et réinventer. La musique pop ne devrait pas être sans signification ni vérité. Nous vivons dans des villés désespérées et nous continuons malgré la puanteur. Vous ne trouverez pas souvent les réponses. Si jamais. Mais voici la musique pop comme elle devrait être.".

Liste des titres : What I Heard On The Pop Radio - Marlowe - Flicking Cigarettes At The Sun - Road Is A Preacher - Who Stole The Signpost? - The World (As We Can know It) - Fortunate Son - The Road Ahead - Skidrow-On-Sea - Lovely Day.
Ils sont tous signés David Thomas qui les a également enregistrés, mixés et produits.
Sur cet album, Pere Ubu est : David Thomas, Voix, synthétiseurs analogiques, mélodéon et programmation - Keith Moliné, Guitare - Gagarin, Synthétiseurs numériques, programmation - Robert Wheeler, Thérémine, synthétiseurs analogiques - Michele Temple, Basse électrique et contrebasse - P.O. Jorgens, Percussions. Notons l'absence de Steve Mehlman.

The Long Goodbye sortira le 12 juillet 2019. Il est en pré-commande sur le site du label Cherry Red (Référence : BRED747).
Une première chronique est parue en France dans le magazine Magic (#215, mai/juin 2019). Un peu empruntée, elle accorde néanmoins une note de 5 sur 6 à l'album.

La génèse de l'album est contée dans la lettre d'information Ubu Mail 16 et en voici les principaux éléments :

En décembre 2017, David Thomas, malade, est contraint d'annuler la seconde partie de la tournée US de Pere Ubu. Il rentre chez lui, en Angleterre, à Brighton & Hove (Sussex). Comme souvent en période chaotique, il entre en studio et commence à créer de la musique. En un mois, à l'aide de synthés et autres instruments de sa collection, il enregistre assez de chansons pour un album, textes compris. Il envoie l'oeuvre à des personnes de son entourage. Certains, dont Van Dyke Parks, déclare que l'ensemble est simplement parfait. David Thomas décide néanmoins d'impliquer les musiciens de Pere Ubu pour aller au-delà de la perfection. Si ce disque devait être une fin de chapître, chaque aspect devait en être exploré et affiné.
Certains des musiciens du groupe s'impliquent, d'autres pas. Comme souvent dans l'histoire du groupe, ceux qui sautent le pas sont ceux qui portent la vision de ce que doit être cet album. David voyage alors pour enregistrer leur collaboration ou ils viennent dans son home-studio. Si aucune des deux solutions n'est possible, de nombreux fichiers sonores et coups de fils sont échangés. Des heures et des jours sont passés sur chaque minute de chaque chanson, à la limite de la folie.

A la fin novembre 2018, la fin est en vue. La Pere Ubu Moon Unit est de sortie en décembre pour deux concerts, le 7 à Ramsgate (GB) et le 8 à Montreuil (France). Trois titres du nouvel album doivent être joués au cours de ces concerts. Quelques jours avant les shows, Gagarin suggère à David de jouer en fait l'album en entier. Il est prêt et l'adrénaline alors à son plus haut niveau pousse le groupe à le présenter live au public. Le groupe et son équipage sont plutôt nerveux. Mais après un superbe concert à Ramsgate et une foule en extase à Montreuil (lire ci-dessous et écouter ci-contre), la nervosité se transforme en euphorie. La réaction du public est au-delà des attentes.
Le mixage final du disque est alors réalisé. Des idées de pochette (voir ci-contre) et de vidéos sont lancées. Nadan, l'ingénieur son, a enregistré les deux concerts et pense que les enregistrements feraient un bel album live.

Après cet "au revoir", il sera temps d'un nouveau commencement. Satisfaction.
Long Live Pere Ubu!
Charlie Dontsurf (26 avril 2019)

The Pere Ubu Moon Unit à Montreuil (93) le 8 décembre 2018
La Moon Unit de Pere Ubu (Thomas, Moliné, Gagarin, Cutler cette fois-ci) est un équilibre fragile et fascinant. Aventure, toujours et encore, hier soir à Montreuil où elle a interprété l'intégralité du futur album, The Long Goodbye au cours d'un set assez bluffant. Une répétition, un premier concert la veille à Ramsgate (GB) et celui-ci pour les 4 lascars : un équilibre fragile et fascinant vous dis-je.
Liste de titres prise à la volée et donnée sous toutes réserves : Flicking Cigarettes at the Sun, Model, What I Heard On A Pop Radio, Road Is A Preacher, Who Stole The Sign Post, The Words, Fortunate Son, Road Ahead, Skip Wall On Sea, Lovely Day.
En rappel, sans quitter la scène, une version enflammée de Road To Utah.
Charlie Dontsurf

Liste exacte des titres interprétés : Heart Of Darkness - Flicking Cigarettes At The Sun - Marlowe - What I Heard On A Pop Radio - Road Is A Preacher - Who stole The Signpost? - The World (As We Can Know It) - Fortunate Son - The Road Ahead - Skidrow-On-Sea - Lovely Day - Road To Utah - Running Dry (Neil Young) - Highwaterville

Vidéos inachevées ou mal-aimées
Le groupe a mis en ligne récemment sur You Tube une vidéo de ... projets vidéos abandonnés par le groupe.

pochette single Final Solution Final Solution, la réédition
Fire Records réédite le 16 novembre prochain le deuxième simple de Pere Ubu, Final Solution, en série limitée à 1000 exemplaires. Rappelons que seuls 600 exemplaires avec pochette ont paru à l'origine en avril 1976 sur le label du groupe, Hearpen Records. Un t-shirt accompagne cette sortie et sera disponible sur la Ubutique.

Terminal Tower
Le Record Store Day du 21 avril 2018 a vu la parution d'une réédition de la compilation historique Terminal Tower sur le sous-label de Fire Records, Call Of The Void. Edition limitée à 1000 exemplaires (VOID001LP). Réédition également aux USA chez Varese Sarabande le 27 juillet 2018, en édition vinyle noir (302 067 492 1) et une édition limitée à 500 exemplaires sur vinyle clair (302 067 492 5).

Cloudland, Worlds In Collision et Raygun Suitcase
Ces trois albums font l'objet d'une (ré)édition individuelle chez Fire Records le 21 septembre 2018. Support vinyle et cd pour les deux premiers, uniquement cd pour le dernier.

Dans les tuyaux
Ubu Communex prépare un album live tiré d'un concert du Coed Jail Tour de 2016, un soir où le groupe était en feu, parait-il. Comme tous les soirs, non ? En tout cas, le disque proposerait les versions lives définitives de ces morceaux de la période historique (1975-1982), d'après David Thomas.
Sont égalements prévues la réédition d'un 45 tours (lequel ?) et une courte vidéo-documentaire sur un événement spécial prévu en octobre (lequel ?). Que de mystères ubiens !

Le MonkeyNet Tour en Italie
Nous y voilà, à cette dernière date de la tournée italienne : Pere Ubu à Milan, au Santeria Social Club, le 13 septembre 2018.
Il aurait été insensé de manquer cette occasion d'autant plus que Tony Maimone était de retour dans le groupe pour cette tournée.
Juste à l'heure, Pere Ubu monte sur scène avec à sa tête David Thomas, accompagné et s'appuyant sur une canne mais charismatique et déterminé à suivre ses plans et sa vision. Ses compagnons sont de brillants musiciens, les plus anciens, Wheeler et Mehlman, comme les plus récents, les élégants Siperko et Boon. Avec Tony Maimone, bien sûr, le bassiste historique. Il semble être très content d'être là et joue et chante avec une grande énergie et implication.
Vous pouviez penser que vous aviez remonté le temps et vous trouviez dans la seconde moitié des seventies au son des beaux et touchants Over My Head, Laughing et Street Waves, titres du premier album. Tant d'années sont passées depuis le début mais, de retour dans le présent, on s'aperçoit rapidement que Pere Ubu est toujours en grande forme et les titres du dernier album sont aussi passionnants (Monkey Bizness, Howl, Red Eyes Blues, Toe To Toe). Slow Walking Daddy, Breath, Petrified, We Have The Technology, Love Love Love, Worlds In The Collision sont les autres perles jouées, issues d'un répertoire incomparable.
Nous n'oublierons pas non plus facilement la fougueuse partie finale, introduite par un petit discours de David Thomas sur la question du rappel/pas de rappel ("Maintenant, nous n'allons pas quitter la scène, vous applaudir et nous, revenir. Je veux que vous sachiez que nous allons faire ce rappel mais nous ne quitterons pas la scène, nous n'allons pas revenir et dire : "Comment vas-tu Milan ? Nous vous aimons". Non ! Je ne vous aime pas ! Mais une chose pour laquelle Milan est connue est ... ces Fish & Chips ! Vous avez les meilleurs Fish & Chips du monde !) et lancée sauvagement par Steve Mehlman hurlant : "Kick Out The Jams, Motherfuckers!!!" suivi de Sonic Reducer et d'un cours extrait de Smells Like Teen Spirit devenant rapidement Final Solution. Je pense que nous avons expérimenté là ce qu'est un chaos contrôlé.
Et nous pouvons rentrer à la maison, impressionné et reconnaissant, en pensant à l'art et la musique, comme elle parle à l'âme humaine sur un chemin profond et mystérieux, en montrant un aperçu de la vérité sur la vie. En pensant, au talent, à la passion et au dur travail nécessaire. En pensant à Pere Ubu.
Gabriele Carlini (21 septembre 2018) (Traduction/adaptation : Charlie Dontsurf)

The MonkeyNet Tour Moves To Italy s'est terminé à ... Tel Aviv (Israël) le 15 septembre. Avant ça, du 9 au 13 septembre 2018, les villes d'Acquaviva, Monteprandone, Bologne, Rome et Milan avaient été visitées. Pour l'occasion, Michele Temple, indisponible, avait laissé sa place à un revenant, Tony Maimone. Sur cette courte tournée, le groupe était donc constitué de David Thomas, Darryl Boon, Tony Maimone, Stebe Mehlman, Robert Wheeler et Gary Siperko.

Allen Ravenstine : Waiting For The Bomb
Waiting For The Bomb est le deuxième album solo signé Allen Ravenstine à paraître le 29 juin 2018 sur le label de Chris Cutler, Rer Megacorp (ReRAR2) (cd et vinyle). Attention, c'est une petite merveille.
Dossier de presse
Nouveau site d'Allen Ravenstine.
Le premier, The Pharoah's Bee ainsi que l'album live London Texas de Pere Ubu sont en solde sur le site du label.

Grand Guignol à Londres : la set-list
Les 9 membres du groupe étaient sur la scène du Borderline à Londres le 19 mai 2018 pour une occasion unique. Un concert surprenant, ébourrifant et parfois chaotique.

Slow Walking Daddy/Breath/Worlds In Collision/Monkey Bizness/Carnival Of Souls/Funk 49/Howl/Prison Of The Senses/Bus Station/Road To Utah/Red Eye Blues/Petrified/We Have The Technology/The Healer/Swampland/Toe To Toe/Cold Sweat/Love Love Love/Golden Surf II - Rappel : Kick Out The Jams!/Sonic Reducer/Final Solution (avec l'intro de Smells Like Teen Spirit)

Anecdote : Gary Siperko n'a pas semblé être à l'aise pendant le concert lâchant même l'affaire durant Love Love Love et Golden Surf II suscitant ainsi la colère de Steve Mehlman qui en a cassé une baguette ! Gary avait visiblement retrouvé ses moyens pour un infernal rappel !

Pere Ubu à Diskmuide : la set-list
Avant-dernier concert de la tournée européenne du printemps 2018, Pere Ubu était à Diskmuide (Belgique) le 1er juin. Soirée spéciale avec un concert grandiose et un after-show très chaleureux de 2 heures passées en compagnie de David Thomas, des autres membres du groupes et de quelques fans de longues dates venus de toute l'Europe (ou presque).

Slow Walking Daddy/Breath/Worlds In Collision/Monkey Bizness/Carnival Of Souls/Funk 49/The Healer/Howl/Prison Of The Senses/Bus Station/Road To Utah/Petrified/We Have The Technology/Red Eye Blues/Cold Sweat/Goodnite Irene/Love Love Love/Toe To Toe - Rappel : Kick Out The Jams!/Sonic Reducer/Final Solution (avec l'intro de Smells Like Teen Spirit)

Les Haricots Sont Pas Salés
Quatrième et ultime coffret proposé par Fire Records, Les Haricots Sont Pas Salés 1987-1991 prend place chronologiquement entre The Architecture Of Language 1979 - 1982 et Drive, He Said 1994-2002.
Il réédite en vinyle les fabuleuses "Années Fontana". Une autre ère cruciale pour Pere Ubu, pendant laquelle la musique du groupe a modifié notre compréhension de ce qu'est la musique pop. Le coffret propose The Tenement Year (1988), l'album de la reformation, Cloudland (1989) et Worlds In Collision (1991). Le grand absent est le quatrième larron, Stroy Of My Life (1993). Problème de droits !
Comme pour les 3 autres coffrets, un album supplémentaire, ici intitulé The Lost Album, intègre l'ensemble. Sans inédit, ni titre en public, il compile les 4 démos déjà connus enregistrées après Cloudland, les titres de ce dernier album qui ne trouvent pas place sur un vinyle du fait de la limitation en temps de ce support et quelques faces B.
Le tout a été remastérisé au Suma Studio par le regretté Paul Hamann en février 2017 et John Thompson s'est occupé du packaging.
Coffret paru le 6 avril 2018 (Fire Records - FIRELP459).
Il n'est pour l'heure pas prévu d'édition individuelle, vinyle ou cd, des trois albums studios.
Pour le fun, signalons que ce sont les crédits des morceaux de l'album Raygun Suitcase qui figurent au dos de la pochette de Worlds In Collision.
Quelques chroniques (en langue anglaise) :
A Pessimist Is Never disappointed
The Vinyl District
Pop Matters
Soundlab

Un nouveau simple de David Thomas & The Holy Soul
Après l'album de 2011 sorti sur hearpen.com, David Thomas s'acoquine à nouveau avec le groupe australien The Holy Soul pour une reprise respectueuse du Master Of The Universe d'Hawkwind. Robert Wheeler est de la partie pour ce titre ! Sur la face B, un titre inédit du concert enregistré le 31 janvier 2010 à Sydney pour l'album de 2011, Man In The Dark, une reprise de DT & 2 Pale Boys.
Le disque est disponible sur Bandcamp.
Play loud.

David Thomas & P.O. Jorgens
pochette album Live Free or Die Live Free Or Die est le titre de l'album issu de la collaboration entre David Thomas et P.O. Jorgens, un "multi-percussioniste" danois qui n'utilise que des instruments construits par lui-même. Il était de l'aventure des Foreigners en 1999. Si certains textes sont familiers (Soda Mountain, The Last Mohican, ...), la forme improvisée des chansons surprendra. Edition limitée à paraitre à une date qui n'est pas encore connue.

Pere Ubu on Mountain Stage
26 ans après une première apparition, Pere Ubu foulait à nouveau les planches de la Mountain Stage le 19 novembre 2017 pour le compte de la National Public Radio, à Charleston (Virginie Occidentale). 32 mn live sont disponibles sur le site de la NPR avec Slow Walkin' Daddy, Breathe, Monkey Bizness, Carnival, Howl et Prison Of The Senses.

Quelques réflexions personnelles à l'écoute du dernier album
Le dernier album de Pere Ubu est bouleversant. David Thomas y est bouleversant, c'est comme s'il avait tant à dire, à se dire, à nous dire et qu'il veut s'exprimer avant de partir. Tout le disque se ressent de cette urgence : les titres sont courts, souvent rapides ; pas de fioriture, pas de solo, pas de développement. Et lui, David !, se met en avant - la voix est mixée fort - car il veut être là tant qu'il est encore temps. Il veut être dans cette musique, avant qu'elle ne continue sans lui. Et c'est ce qui va arriver ; la musique présente est encore son monde, sa géographie et elle est toute entière à son service mais il est clair que ce combo de musiciens ira encore très loin, au-delà de David : ce qu'il nous donne à entendre sous la voix est tout simplement fort, varié, habité, inspiré. Et puis, il y a les paroles... Et elles font peur car David Thomas y donne à lire son état présent (physique et psychologique aussi sans doute).

Ainsi : Stay sick, why fake it ? dans Monkey Bizness ; il ne faut pas cacher qu'on est malade.

And I see too much
Oh, and I see too much
And I see too far
and I see too much
It's been going on too long
dans The Healer,

I can still see
Oh, how the world offends me
So, it's good to know
there's a science of time
when some people say, It's time to let go
dans I Can Still See.

Mais le plus explicite est Cold Sweat, qui prend à la gorge car il y décrit sa fin prochaine. C'est un titre à faire monter les larmes aux yeux. Il chante faux ou "presque juste" car il ne s'agit plus de se cacher, de faire bonne figure, de réussir sa chanson, non il est au-delà de cela, il se montre tel qu'il est, tel qu'il ressent ce qui lui arrive :
Hold me close
I feel the time running out
I know you must feel it too
I feel the notion to dive in an ocean
I am the diving duck for a new day
we will never see
Hold me close
I feel the time running away
I know you must feel it too
Sometimes I feel am ocean
Hold me close
.
C'est on ne peut plus clair avec la métaphore de l'océan... Ce final est terrible.
Pascal Godjikian (janvier 2018)

A trente miles de Cleveland ... une chronique du nouvel album
pochette album 20 Years Le voyage de Pere Ubu commence en 1975 dans les terres désolées, spectrales et à moitié abandonnées de la Cleveland post-industrielle, The Flats. Cleveland est l'arrière plan des premiers albums. On croirait en apercevoir des visions nocturnes et mystérieuses dans les sons de leurs chansons. La ville reviendra encore souvent dans d'autres morceaux et le lien profond que le groupe entretient avec la ville restera, pour certains aspects, indissoluble : par exemple, tous les disques, ou presque, y compris ce dernier, sont enregistrés dans le studio Suma à Painesville à 30 miles de Cleveland.
Au fil des années, le scénario s'agrandit et devient l'Amérique toute entière racontée à travers des images qui sont le miroir de l'âme du narrateur : les autoroutes perdues, les routes secondaires, les stations de service désaffectée, les diners où il encore possible d'écouter les chansons des juke-boxes.
Parfois il s'agit de véritables visions, des projections d'une géographie intérieure des personnages qui, prenant les souvenirs et les rêves pour la réalité, fréquentent des lieux qui n'existent plus, que le temps a changé ou effacé et, perdus, ils voient leur vie s'éloigner à la dérive. Ils habitent des Ghosts Towns, les nowheres places que David Thomas a souvent évoquées dans ses chansons.
Et c'est certainement un lieu qui n'existe pas, pour le monde extérieur, duquel proviennent les derniers reportages d'un voyage qui continue encore aujourd'hui : un site de missiles dans le Montana.
C'est là qu'a vécu 20 ans - toute sa vie - celui qui nous fait signe en souriant de la couverture du nouvel album, le 17e en studio de Pere Ubu.

Enregistré à Suma, comme nous l'avons déjà dit, avec Paul Hamann, le technicien de toujours, l'album voit l'entrée de deux nouvelles guitares. Tout d'abord, celle du magnifique Gary Siperko, membre des RFTT et qui était déjà en tournée avec Pere Ubu l'hiver dernier et la steel de Kristof Hahn qui a souhaité participer à ce projet, "même avec un petit rôle".

David Thomas produit l'album et met en oeuvre, pour l'occasion, une nouvelle méthode de travail appelée The Dark Room (ressemblant au jeu qui consiste à deviner un objet sans le voir mais seulement en en touchant une partie). La méthode utilisée pour les deux albums précédents, pas tellement différente il faut le dire, est abandonnée puisque que devenue familière et qu'au contraire, c'est à partir de situations nouvelles et pénibles que des résultats intéressants découlent. L'idée est celle de rassembler les visions partielles, différentes, contrastées de la chanson (l'objet) qui impliquent chaque musicien, dans le but de reproduire de cette manière l'expérience humaine de raconter, et, plus en général, de vivre.

En passant de la théorie à la pratique, nous nous retrouvons dans un tourbillon de vitesse, électricité, crépitement métallique : les premiers morceaux (Monkey Bizness, Funk 49, Toe To Toe, Swampland) défilent rapidement. Ils sont les exemples entraînants, scintillants de l'ancien mais toujours neuf rock'n roll.
Puis les rythmes ralentissent et les sonorités s'élargissent en frôlant des domaines différents. Nous avons ainsi le merveilleux blues de pleine lune, The Howl et une I Can Still See aux nuances orientales, grâce notamment à la contribution de la chanteuse d'origine iranienne, Roshi.
Magnifique aussi est la chanson Plan From Frag 9, avec un texte subtilement ubuien : "I'm like a pencil, there's two ways to look at it, the sharp part leaves a mark, the pushy part takes the mark away".
Mais ce sont peut-être les chansons les plus lentes, par leur douloureuse beauté, l'inhabituel ton d'intimité et des considérations tristes et vibrantes, qui laissent une marque encore plus profonde : THe Healer, presque une ballade acoustique et la chanson finale, Cold Sweat.

Et alors, quand on regarde la pochette, ce signe de loin nous paraît maintenant un adieu mélancolique, comme cela se passait aussi avec les protagonistes d'autres chansons du passé, Visions Of The Moon ou Prepare For The End par exemple.
La mélancolie est liée au temps qui passe, aux choses qui finissent, et aussi à ce type qui nous intrigue et dont nous n'aurons plus de nouvelles et qui va, peut-être, nous manquer. Cela parce qu'en fait il nous ressemble un peu et on ne serait pas étonné que la musique qui sort du petit appareil à côté de son lit de camp, dans son silo, soit effectivement celle de nos adorés Pere Ubu : "Music that doesn't fit and tends to attract people who also don't fit", comme a dit David Thomas une fois.
Gabriele Carlini (octobre 2017)
(Traduction de l'italien : Valerio Di Cristofano)
P.S. : petite chronique dédiée à Paul Hamann, disparu à 62 ans. 20 Years In A Montana Missile Silo restera son dernier album. Goodbye Paul.

logo du site

© 2019 Charlie Dontsurf