Story Of My Life

Story Of My Life

Fontana / 514 159 (Intl), 25 janvier 1993

  1. Wasted
  2. Come Home
  3. Louisiana Train Wreck
  4. Fedora Satellite II
  5. Heartbreak Garage
  6. Postcard
  7. Kathleen
  8. Honey Moon
  9. Sleep Walk
  10. Story Of My Life
  11. Last Will And Testament

Bonus*

  1. Come Home (Hague Mix)
  2. Fedora Satellite
  3. Gripless
  4. Through The Windshield
  5. Stoughton 529
Textes

David Thomas : voix, mélodéon, guitare (Postcard)
Jim Jones : guitare, orgue Hammond B3, claviers, voix
Tony Maimone : basse, synthétiseur EML
Scott Krauss : batterie, percussion, claviers
avec
Al Clay : divers claviers, guitare (Postcard)

Titres signés Thomas - Jones - Krauss - Maimone sauf Fedora Satellite, Cutler - Feldman - Jones - Krauss - Maimone - Thomas.

Production : Al Clay
Ingénieur du son : Lou Giordano
Studio : Outpost Recording Studio (Stoughton/USA)
Masterisation originale : Bob Ludwig (Masterdisk/NYC/USA)
Masterisation réédition: David Thomas & Paul Hamann (Suma / janvier 2007)

Graphisme original & Photos : John Thompson
Images vidéo : Tom Kafka & John Thompson
Illustrations : Peter Blegvad
Graphisme de la réédition (2007) : John Thompson

Enregistrement

Enregistrement au Outpost Recording Studio (Stoughton/Massachusset) du 20 avril au 29 mai 1992 par Lou Giordano. Mixage au Blue Jay Recording Studio (Carlisle/Massachusset) du 31 mai au 14 juin 1992

Notes sur les bonus :
Come Home (Hague Mix) a été mixé par Stephen Hague aux RAK Studios (Londres) le 2 août 1992.
Fedora Satellite a été enregistré par Paul Hamann à Suma du 28 au 31 janvier 1989 et mixé par Pere Ubu. Ce titre est paru sur le simple Love Love Love
Les trois derniers titres ont été enregistrés pendant les sessions de l'Outpost Recording Studio, spécialement pour être utilisés en "face B". Ils étaient auparavant restés inédits.

Editions

Label Référence Pays Date Commentaires
Fontana/Phonogram 514 159-4 Intl 25/01/1993 mc
Fontana/Phonogram 514 159-2 Intl 25/01/1993 cd
Imago Records 72787-21024-4 US 6/04/1993 mc
Imago Records 72787-21024-2 US 6/04/1993 cd
Mercury/Universal 9846820 Intl 16/04/2007 cd *
cover original UK Story

Pochette originale UK (1993)

cover original US Story

Pochette originale US (1993)

K7 UK Story

mc, Fontana (1993)

K7 US Story

mc, Imago (1993)

Premier album du groupe à ne pas sortir en vinyle.
Encore des différences entre les éditions originales anglaise et américaines : le lettrage est entouré vert dans la première, jaune dans l'autre. La photo du métallurgiste est plus grande sur cette dernière. Elle est inversée sur la réédition Mercury.

Il existe deux versions différentes du cd dans l'édition européenne, indiquée "intl" dans le tableau ci-dessus. La première est présentée avec la couleur bleue classique du label Fontana. La deuxième est avec un fond magenta. Caractères et emplacements des textes sont différents sur ces deux versions même si la mise en page Fontana est respectée avec le logo du label en haut du cd sur fond doré. Il est possible que la version magenta soit celle diffusée au Royaume Uni.

Les notes du livret de la réédition Mercury sont signées David Stubbs

Chroniques

Inrockuptibles 43 II y a des gens qui aiment encore Talking Heads, qui les aimeront toujours quoi qu'ils disent, quoi qu'ils chantent et, en somme, quoi qu'ils fassent. Ce n'est pas exactement de l'aveuglement, plutôt de la fidélité, ce sentiment trop humain qui permet à Ange, Genesis, Pink Floyd ou Thiéfaine d'exister bien au-delà de leur date de péremption. Mais il y a aussi des gens qui aiment le roquefort, la moisissure, et ce sont d'ailleurs peut-être les mêmes. Ne leur jetons pas la pierre. II nous vient en effet à l'esprit que cette fidélité pourrait être moins musicale que sentimentale. Fidélité à des souvenirs, fidélité à une décennie, les années 70 pour Ange, Genesis et Pink Floyd, les années 80 pour Talking Heads et Pere Ubu. II y a des gens qui refusent de vivre avec leur époque et écoutent des disques comme on se réfugie dans des anfractuosités de l'espace-temps. Mais le problème avec Pere Ubu, c'est que, contrairement à Talking Heads jusqu'à il y a peu, ils s'étaient arrêtés. Pas de disque entre 1982 et 1988. Split en plein vol : ce qui contentait des romantiques comme nous. Et puis ils reviennent : un disque, puis deux, puis trois. Une permanence, toutefois, dans le charme : la voix de David Thomas, organe bizarre, névrotiquement dandy, un peu comme si Bryan Ferry avait eu trop tard les oreillons. Bien. L’autre problème avec Pere Ubu, c'est qu'au début des années 90, un groupe est venu réactualiser leur folie : Pixies. Pas étonnant, du reste, que Frank Black ait récemment piqué à David Thomas son clavier : Eric Feldman. Ecoutez par exemple sur ce nouvel album de Pere Ubu le morceau intitulé Kathleen. On dirait Velouria. Un Velouria sage et doux, un vieux Velouria. Ainsi finissent les grands groupes : non en eux-mêmes, mais par rapport à une glaciation de la concurrence. Du coup, ce n'est strictement pas un hasard si ce qu'il reste de beau, de péniblement beau chez Pere Ubu, est tout ce qui, d'une manière ou d'une autre, exprime la perte, le veuvage : Wasted et les deux morceaux en bout de piste, aux évidents liens de causalité, intitulés Story of My Life et Last Will & Testament. Les vieux garçons des années 80, je crois, adoreront. En revanche, les infidèles qui se souviennent de la magnifique formule d'un critique américain (" Pere Ubu est à Devo ce que Schoenberg fut à Irving Berlin ") mais qui écoutent aujourd'hui Sebadoh, jetteront sans doute au gros Thomas un commentaire pénible, du style: "Au-delà de cette limite, votre ticket n'est plus valable".
Arnaud Viviant, Les Inrockuptibles, n°43, Mars 1993

précédent haut de page suivant
logo du site

© 2012 Charlie Dontsurf